French Flag French Flag Indonesian Flag Tripadvisor

Le dragon de Komodo

Le Dragon de Komodo, ou plus exactement le varan de Komodo, est une espèce carnivore appartenant à la famille varanidés. C’est le plus gros lézard vivant sur Terre à l’heure actuelle. Il vit en Indonésie, plus précisément sur une poignée d’îles dont celle du même nom, Florès, Gili Motang, Rinca ou encore Gili Dasami. L’origine de ces lézards géants remonterait à il y a 140 millions d’années. Ils ont survécu à tous les cataclysmes, sans doute grâce à une morphologie favorable.

Des estimations ont été faites sur le nombre de ces dragons encore en liberté. Comme vous pouvez le constater, ils vivent principalement dans le parc national de Komodo :
• Ile de Komodo (3 000 dragons)
• Ile de Rinca (900 dragons)
• Ile de Motang (150 dragons)
• Au Nord de la ville de Labuan Bajo et au nord de l’île de Florès

Habitat du Dragon de Komodo

Habitat du Dragon de Komodo

Description physique et sensitive

Ce reptile mesure entre 2 et 3m de long et il pèse environ 70kg à l’âge adulte. Cependant ces données ont déjà été outrepassées par des spécimens vivant en captivité (certaines sources affirment qu’un mâle peut peser jusqu’à 170kg et mesurer 3.1m de long). Sa peau résistante est composée de petit os, elle est d’ailleurs souvent qualifiée de côte de maille. Alliée à une couleur sombre, elle favorise le camouflage. Le varan de Komodo possède une longue et puissante queue (de la longueur de son corps) et une langue fourchue. Ses griffes sont longues, courbées, acérées et mortelles. Sa dentition est redoutable et rappelle celle des anciens dinosaures. De plus sa mâchoire est très flexible, ce qui contribue largement à sa dangerosité.

Une griffe de Dragon de Komodo

Une griffe de Dragon de Komodo

Le Dragon de Komodo a acquis cette taille surprenant de manière naturelle, au fil des générations, lui procurant un avantage en termes de survie. Ce phénomène souvent observable auprès d’espèces vivant sur des îles, s’appelle aussi le gigantisme insulaire.

L’ouïe

Le Dragon de Komodo dispose d’une ouïe très spéciale, capable d’entendre de très loin, il est cependant sourd aux fréquences inférieures à 400 Hertz et supérieures à 2 000. Vous pourrez lui criez dans les oreilles, il y sera insensible.

La vue

Ces varans peuvent voir jusqu’à 300 mètres, cependant, leur vision nocturne n’est pas excellente. Les cibles mouvantes les rendent confus et les effraient. Se sentant en danger, ils ont tendance à les attaquer. C’est pourquoi, il ne faut pas surtout pas courir lorsque l’on est à côté du dragon de Komodo.

L’odorat

L’odorat du dragon de Komodo est particulier puisque ses narines ne sont pas d’une grande utilité. Il ne dispose pas de diaphragme, l’empêchant de renifler les odeurs avec précision et d’aspirer l’eau. Toutes ces faiblesses son compensées par une langue fourchue, qui l’aide à sentir et repérer ses proies et à boire de l’eau.

Mode de vie

La chasse

Ce lézard chasse des sangliers, des cerfs, des buffles d’eau, des oiseaux, qu’il repère à l’odeur, grâce à sa langue. Il n’est pas très rapide mais très intelligent. Il sait surprendre ses proies afin de les mordre. Inutile de les pourchasser par la suite car le venin en viendra à bout. Le dragon de Komodo est considéré comme charognard car il ne mange sa proie que lorsqu’elle a succombée à son venin et qu’elle n’est plus qu’une carcasse.

L’accouplement

Après la période d’accouplement les femelles pondent jusqu’à 20 œufs, qu’elles couvent ensuite pendant 7 à 8 mois. Les jeunes varans sont sans défense, ils vont alors grimper aux arbres, là où les adultes lourds ne peuvent les suivre. En effet, les nouveaux nés représentent 10% de l’alimentation des dragons adultes. C’est la première cause de mortalité chez les jeunes. Il leur faudra 5 ans pour arriver à maturité, et pourront ensuite vivre jusque 50 ans. De récentes études ont prouvé que si les femelles se retrouvaient dans un environnement isolé propice au développement de l’espèce, sans présence de mâle, elles seraient en mesure de procrée pour assurer sa descendance grâce à une dégénérescence génétique.

Un jeune Dragon de Komodo

Un jeune Dragon de Komodo

Attention* : les dragons de Komodo sont de bons nageurs, il ne faut pas se fier à leur allure pataude car elle est trompeuse. Même si lents, ces varans peuvent courir aussi vite qu’un homme, si leur ventre le leur ordonne.

Les menaces

En partageant ses proies et son territoire, le varan de Komodo s’expose à son extinction. En effet, cette espèce a pu subsister sur certaines îles indonésiennes, car ils y ont été les seuls prédateurs carnivores pendant longtemps. Ces conditions sont impératives car le dragon de Komodo doit dominer son écosystème pour survivre. D’ailleurs, depuis l’arrivée de l’Homme, qui chasse les mêmes proies sur leur territoire, le dragon de Komodo est devenu une espace très menacé. Un exemple marquant en est la preuve : l’île de Padar n’abrite plus aucun varan. En effet, au milieu des années 1970, l’espèce s’est éteinte à cause de l’absence de proies, exterminées par les braconniers.

Les espoirs

Le varan de Komodo est donc une espèce très vulnérable et figure d’ailleurs sur la liste rouge de l’UICN. En 2002, après recensement il ne semblait plus exister que 350 femelles reproductrices sur environ 5 000 individus. Pour répondre à une telle préoccupation, le Parc national de Komodo a été créé en 1980 par les autorités indonésiennes pour protéger les populations de Dragons de Komodo.

De plus, des chercheurs australiens ont récemment affirmé que l’introduction de ces varans en Australie pourrait en partie occuper le grand créneau carnivore laissé vacant par l’extinction du varanidé géant Megalania (lézard de la même famille que le dragon de Komodo, mesurant jusqu’à 8m de long, que s’est éteint il y a 40 000 ans à cause de l’homme, chamboulant ainsi l’écosystème australien).

Varanidé géant Megalania

Varanidé géant Megalania

Pour l’anecdote, les indigènes de l’île de Komodo ont toujours considéré les Dragons de Komodo comme la réincarnation de concitoyens décédés. Ils les traitent donc avec le plus grand respect. Le varan de Komodo et l’Homme semblent donc pouvoir vivre ensemble, les habitants de l’île de Komodo l’ont prouvé durant des centaines d’année.

Le bateau Perjuangan fait parti du groupe Nyaman, leader dans le secteur du tourisme à Bali. Visitez Nyaman Group et découvrez ses nombreuses activités en Indonésie.